dd
dd
dd


Mis à jour 20/05/2016
Fièvre catarrhale
ou Blue Tongue
 

20/05/16  

Situation sanitaire :
Cette semaine, 6 nouveaux foyers de FCO ont été identifiés :
- un dans le Loiret (45)
- un dans la Loire ( 42)
- un dans la Creuse (23)
- un en Côte d'Or (21)
- un dans l'Ain (01)
- un en Hautes-Pyrénées (65)
Ces foyers n'entrainent pas de modification du zonage.
Cette semaine marque la fin de la surveillance vectorielle sous le format ayant permis la déclaration de ZSI. Un allégement du réseau pendant l'été est prévu.

 
13/05/2016  

Le 09 mai, la France a déclaré 7 nouveaux cas à l’O.I.E. : 1 en Charente (premier foyer dans ce département), 1 dans l’Allier, 1 dans le Cantal, 1 en Dordogne, 1 dans l’Indre, 1 dans la Nièvre, et 1 en Saône et Loire.

 

 
30/04/2016  

Carte de zonage FCO, 4 départements restent, en date du 22/04/2016, en ZSI : Cantal, Haute Loire, Lozère et Aveyron.

 
26/04/2016   Mise à jour de l’instruction sur la vaccination F.C.O. qui vient d’être publiée (fichier pdf)  
08/04/2016  

POINT SITUATION FCO

A ce jour, le nombre de foyers confirmés est de 237.
Cette semaine, il y a eu 9 nouveaux cas de F.C.O. B.T.V.8 en France continentale :
· 1 dans le Doubs (25)
· 1 en Haute-Vienne (87)
· 2 dans le Puy de Dôme (63)
· 2 dans la Nièvre (58)
· 1 en Haute-Saône (70)
· 1 dans le Cher (18)
· 1 en Haute- Marne (52)

Les départements du Doubs, de la Haute-Saône et de la Haute-Marne connaissent des foyers pour la première fois et ce qui induit une modification de la Z.R. (voir carte jointe). Un arrêté a été publié ce jour pour prendre en compte cette évolution.

La liste des Z.S.I. a aussi été modifiée témoignant la reprise d'activité vectorielle dans certains départements.
La liste des communes pour le site internet, la commission et la plateforme seront envoyés dans la journée.

Le C.N.O.P.S.A.V. F.C.O. s'est tenu mercredi dernier et a validé le principe de déploiement des doses de vaccin B.T.V.8 disponibles vers les nouveaux départements en Z.R. ainsi que vers les cheptels ovins et bovins recensés par G.D.S. France.

Une commande de vaccin B.T.V.1-B.T.V.4 a été lancée pour être mis à disposition de l'élevage Corse (vaccination préventive contre le B.T.V.4 suite à l'apparition d'un foyer en Sardaigne en ce début d'année).

 
08/04/2016  

Le C.N.O.P.S.A.V. dédié à la F.C.O. du 6 avril a entériné la vaccination des cheptels pour lesquels les G.D.S. ont ou vont enregistrer une commande de la part des éleveurs. Cette vaccination peut démarrer dès la semaine prochaine.
Les résultats de la surveillance hivernale révèlent que moins de 20 % de la population bovine est immunisée. Compte tenu du fait que le virus est quasi identique à celui de 2008, il est probable qu’en l’absence d’une vaccination massive, la maladie prenne toute son ampleur dès cet été. Il est donc recommandé de vacciner les cheptels pour les protéger.

Modalités de vaccination : 2 voies possibles
- Pour les broutards de Z.R., un quota est attribué par cheptel allaitant: la D.D.P.P. transmet un droit à tirer au vétérinaire sanitaire, qui vaccine les animaux sur demande directe de l’éleveur et dans la limite de son quota.
- Pour tous les autres animaux (cheptels souches, broutards de Z.I., ovins, rassemblements, estives, etc.) : la commande des éleveurs doit être enregistrée par le G.D.S. . Chaque G.D.S. enverra son fichier correspondant aux vétérinaires sanitaires et à la D.D.P.P., de façon à ce que les vétérinaires commandent les vaccins au plus vite et mettent en œuvre la vaccination.

Concernant les échanges avec l’Espagne, l’Etat s’est engagé à prendre en charge les P.C.R. pour les animaux de moins de 70 jours jusqu’à la fin du mois de juin.

(Lire notes prises par GDS France lors du C.N.OP.S.A.V)

 
04/04/2016  

1/Point situation sanitaire
228 foyers au total, dont quatre nouveaux : 2 dans le Rhône (69), un dans l'Aveyron (12) et un en Haute-Savoie (74). Pour ce dernier département, il s'agit du premier foyer observé. Il perd donc son statut de ZSI.
En raison d'une reprise de l'activité vectorielle, 12 autres départements perdent leur statut de ZSI :
Loire-Atlantique (44), Maine et Loire (49), Indre-et-Loire (37), Loir-et-Cher (41), Seine et Marne (77), Haute-Marne (52), Haute-Saône (70), Saône-et-Loire (71), Ain (01), Creuse (23), Loire (42), Drôme (26).

2/ échanges avec l'Espagne : co-signature et entrée en vigueur ce jour d'un nouveau protocole bilatéral (voir fichier pdf). La vaccination des troupeaux ne pouvant être effective avant le second semestre, l'Etat continuera de prendre en charge les analyses PCR individuelles pour les veaux de moins de 70 jours jusqu'au 30 juin 2016. Cette décision ne doit pas retarder la mise en place de la vaccination des troupeaux, sur laquelle comptent fortement les autorités espagnoles (réciprocité de conditions imposées aux éleveurs espagnols de ZR).
La note sur les mouvements a été modifiée ce jour (voir fichier pdf) pour tenir compte de ce nouveau protocole. Vous veillerez à apporter toute la rigueur nécessaire à la bonne transmission des documents par TRACES, condition jugée essentielle par Madrid pour la pérennité de notre protocole.

 
25/03/2016   Dernière version de l’instruction sur la police sanitaire (fichier pdf). La modification majeure est une simple notification à l’éleveur, en lieu et place de l’A.P.D.I., suite à une confirmation de foyer B.T.V.- 8 en Z.R., avec enregistrement dans S.I.G.Al. d’un A.P.D.I. (levé le même jour) mais sans aucune mesure contraignante ni prise en charge de la vaccination. Les foyers en Z.I. ou dus à un sérotype exotique sont toujours soumis à A.P.D.I.

Par ailleurs, nous avons eu confirmation que 985 000 doses de Mérial sont en cours de livraison dans les centrales et que 2 millions de doses de C.Z.V. (permettant de vacciner 1 million d’ovins ou 500 000 bovins) seront livrées à la fin du mois de mars.

Lors du C.N.O.P.S.A.V. F.C.O. du 6 avril sera discutée la redistribution des doses restantes
 
18/03/2016   POINT SITUATION

Ci-dessous carte du nouveau zonage.
3 nouveaux foyers ont été confirmés cette semaine, un dans le Puy de Dôme (63), un dans la Nièvre (58), un en Ariège (09). Ce dernier modifie le zonage avec une inclusion de la chaîne pyrénéenne. L'arrêté correspondant à ce nouveau zonage devrait être publié au JO du 18/3 avec application immédiate.

De nouvelles ZSI ont été déclarées aujourd'hui, le Loir et Cher, l'Allier, l'Isère, l'Eure et Loire, la saine et Marne, le Rhône, la Drôme. Le Tarn-et-Garonne n'est plus en ZSI en raison d'une reprise de l'activité vectorielle.

Par ailleurs, le protocole bilatéral espagnol est toujours en cours de négociation.

 
15/03/2016  

POINT SITUATION
Ci-dessous la carte de zonage à jour avec les départements en Z.S.I.
D’autre part, un article fait état de l’avancement de la surveillance sérologique mise en place cet hiver : http://www.plateforme-esa.fr/node/36346. Il n’y a pas encore, à ce stade, de résultats présentés pour ce dispositif.
Par ailleurs, les négociations avec l’Espagne ont repris. Le projet d’accord comprendrait deux possibilités pour envoyer des animaux :
- protection contre les vecteurs pendant 14 jours avec test P.C.R. individuel négatif
Ou
- animaux vaccinés issus de cheptels vaccinés (et animaux < 70jours issus de mères vaccinées)
La condition de vaccination doit être assortie d’une surveillance virologique mensuelle dans la Z.R.
Ces conditions ne sont pas encore signées, les négociations sont toujours en cours. Il est donc nécessaire d’attendre que le protocole d’accord soit signé et officiel avant de diffuser toute information.

 
04/03/2016   RECTIFICATIF
En ce qui concerne la prise en charge de l’acte vaccinal contrairement à ce qui était indiqué dans le message F.C.O. N°47 de ce jour, conformément à l’arrêté du 26/02/2016, la participation financière de l’Etat pour les coûts de la vaccination se limite aux interventions de primo-vaccination dont la première injection a eu lieu avant le 29 février 2016 et aux interventions de rappel effectuées avant le 29 février 2016. Ainsi tout acte réalisé à partir du 1er mars ne sera pris en charge sauf en rappel de primo-vaccination.
 
04/03/2016   Le nombre de foyers confirmés à ce jour est de 212 (dont 137 A.P.D.I. levés) y compris les 2 nouveaux foyers de cette semaine (départements 58 et 63) qui ne modifient pas le zonage.

Les vétérinaires sanitaires sont amenés à commander directement auprès des centrales, sans constituer de stock, les doses de vaccin en respectant les quotas attribués :
· pour les jeunes bovins en élevage allaitant (un équivalent de 80% des jeunes animaux peuvent être vaccinés);
· pour les cheptels ovins ayant effectué une précommande;
· pour un nombre limité de cheptels bovins laitiers compte-tenu des stocks encore limités de vaccin.

Toutes les autres demandes devront être validées par les DDecPP.

Une mise à jour des listes sera effectuée en début de semaine prochaine pour tenir compte de certains cas particuliers.

2.5 millions de doses de vaccin MERIAL ont été livrées cette semaine.
 
03/03/2016  

Instruction parue hier sur les modalités de vaccination FCO pour la période de mars-avril 2016 (fichier pdf)

La commande de l’Etat pour vacciner 8 millions de bovins et 2,5 millions d’ovins ne sera réellement effective qu’à partir de mai 2016, contraignant ainsi à gérer une pénurie de vaccins et à maintenir pour le moment encore une priorité à la ZR.

L’instruction précise le nombre de doses actuellement disponibles et attendues pour cette période ainsi que les priorités fixées lors de réunions techniques et par le CNOPSAV du 18 février 2016 :

Vaccination de bovins avec du vaccin Mérial

- 1,82 millions de broutards âgés de 2,5 à 12 mois de ZR peuvent être vaccinés. Un droit à tirer de 80% de cette classe d’âge est attribué pour chaque cheptel allaitant de la ZR. L’éleveur appelle son vétérinaire sanitaire pour programmer la vaccination et choisit les animaux à vacciner, il n’est pas contraint de ne vacciner que des broutards ;

- Des veaux tardifs des départements 09, 11 et 31 pourraient avoir besoin d’être vaccinés, leur recensement est en cours ;

- Les besoins de vaccination pour transhumance en région Midi-Pyrénées sont également en cours de recensement ;

- La vaccination des outils génétiques collectifs (3 000 bovins) et de 20 000 reproducteurs bovins pour l’export est également prise en compte (enregistrement auprès de Races de France) ;

- Une réserve d’Etat de 100 000 doses est constituée pour d’éventuelles mesures de police sanitaire et des imprévus.

Vaccination de bovins avec du vaccin Mérial ou du vaccin CZV
- 90 000 bovins laitiers de ZR peuvent être vaccinés. Des droits à tirer sont attribués par la DDecPP aux vétérinaires sanitaires en fonction de la taille de leur clientèle laitière ; ces doses sont attribuées pour une vaccination en mars. Le vétérinaire vaccinera les cheptels dans l’ordre de réception des commandes. L’éleveur appelle son vétérinaire pour passer commande. Une deuxième tournée de vaccination se fera pour les cheptels laitiers de ZR et de ZI dans le courant du mois d’avril, selon les doses restantes ;

- Les cheptels souches allaitants pourront également bénéficier d’une deuxième tournée de vaccination en avril, selon les doses restantes.

Vaccination des ovins avec du vaccin CZV
- Les ovins enregistrés par les GDS en ZR et en ZI seront vaccinés via une liste fournie aux vétérinaires sanitaires par la DDecPP. Un nombre de flacons sera attribué par élevage de manière à être au plus près de la commande passé tout en limitant le gaspillage de doses. Les GDS peuvent continuer à enregistrer et faire remonter à isabelle.tourette.fngds@reseaugds.com les commandes reçues pour un éventuel deuxième tour d’attribution de doses de vaccin.

Vaccination des ovins avec du vaccin Calier (vaccin bivalent 1, 8)

- 26 500 ovins des outils génétiques collectifs seront vaccinés (enregistrement auprès de Races de France) ;

- 25 000 ovins de Corse seront vaccinés pour la 3ème campagne de vaccination ;

- Une réserve de 45 000 doses est constituée et mobilisable en cas de besoin.

Les animaux de ZI devant être vaccinés en vue d’une participation à un rassemblement en ZR doivent être enregistrés auprès de Races de France.

Un recensement des commandes pour les cheptels souches laitiers et allaitants permettrait de redistribuer les doses de vaccin non utilisées au 31/03/2016 et de préparer au mieux la vaccination à partir d’avril. GDS France est en cours de discussion avec la DGAl sur les éventuelles conditions d’enregistrement de ces commandes.

Divers

En ce qui concerne la prise en charge de l’acte vaccinal, conformément à l’arrêté du 26/02/2016, la participation financière de l’Etat pour les coûts de la vaccination se limite aux interventions de primo vaccination dont la première injection a eu lieu avant le 29 février 2016 et aux interventions de rappel effectuées avant le 29 février 2016. Ainsi tout acte réalisé à partir du 1er mars ne sera pris en charge y compris en rappel de primo-vaccination.

Le vétérinaire tamponne le passeport de l’animal. Les vaccinations doivent être enregistrées dans le registre d’élevage.

La vaccination peut être réalisée par l’éleveur s’il n’a pas besoin de certification.

Pour les cheptels laitiers qui exportent des veaux en Espagne, un statut « cheptel vacciné » permettant la certification sera renseigné dans SIGAl. Une information sur le statut des cheptels vaccinés sera disponible sur le site web du Ministère.

La vaccination contre le sérotype 4 est autorisée.

 
26/02/2016  

Point situation
Le nombre de foyers de F.C.O. est de 210 à ce jour.
Sur l'ensemble de ces foyers, 131 ont un statut A.P.D.I. levé.

Il y a 16 nouveaux foyers cette semaine, dont 6 dans des départements nouvellement infectés:
- 3 dans la Vienne (86)
- 2 en Charente-Maritime (17)
- 1 en Gironde (33)
qui ont fait évoluer le zonage.

Par ailleurs, il y a également eu
- 1 foyer dans la Creuse (23)
- 2 foyers dans l'Allier (03)
- 3 foyers dans le Puy de Dôme (63)
- 1 foyer dans le Cher (18)
- 1 foyer dans la Nièvre (58)
- 1 foyer dans le Rhône (69)
- 1 foyer dans l'Indre (36)

La carte du zonage, la liste des départements saisonnièrement indemnes ainsi que la liste des départements en inactivité vectorielle vous seront communiquées demain midi et seront disponibles sur internet et intranet.
http://intranet.national.agri/Retour-de-la-fievre-catarrhale
http://agriculture.gouv.fr/liste-des-departements-et-des-communes-classes-en-zone-reglementee-fco

Les arrêtés techniques et financiers relatifs à la F.C.O. sont en cours de modification pour :
- mettre fin au paiement par l'Etat des actes de vaccination à compter du 1er mars 2016 sauf pour les protocoles de primovaccination entamés en Février
- autoriser la vaccination volontaire par les éleveurs dans le cadre d'une instruction qui sera disponible en début de semaine prochaine
- autoriser la vaccination contre le sérotype 4
- donner la possibilité de faire une simple notification des nouveaux foyers de F.C.O. en zone réglementée au lieu d'un A.P.D.I.

 
20/02/2016  

Le nombre de foyers confirmés au 18/02/16 est de 191 foyers, dont 124 APDI levés et 7 nouveaux foyers : 1 dans l'Indre (36) - 5 dans le Puy de Dôme (63) - 1 dans l'Aveyron (12). Ces nouveaux foyers ne font pas évoluer le zonage, il n'y a pas d'arrêté FCO ce jour.
Par ailleurs, 7 nouveaux départements remplissent à ce jour les critères pour être déclarés zones saisonnièrement indemnes (ZSI) de FCO : l'Ain, l'Ardèche, L'Indre-et-Loire, la Loire, la Haute-Loire, la Haute-Marne, le Tarn. Cela porte le nombre de départements considérés ZSI de FCO à 13 (01-05-07-10-25-37-42-43-51-52-73-74-81)

INSTRUCTION MOUVEMENTS DU 16/02(fichier pdf)
L’instruction jointe met à jour plusieurs dispositions pour les mouvements. Elle prend notamment en compte les ZSI et les délais entre la vaccination avec le CZV et la possibilité de sortie de ZR(20 jours pour les ovins et de 31 jours pour les bovins) (partie C. page 5).
Le projet de compte rendu relatif à la FCO du CNOPSAV santé animale ayant eu lieu le 18/02/16 sera diffusé très prochainement.

SITE U.E : http://ec.europa.eu/food/animal/diseases/controlmeasures/bluetongue_en.htm#zones
Cliquer sur « table » pour avoir la liste des communes situées en ZR. Les départements déclarés ZSI ne figurent plus dans cette liste mais il peut y avoir un délai de mise à jour par les instances européennes.

 
12/02/2016  

Cette semaine, 12 nouveaux foyers de FCO ont été confirmés : 1 foyer dans le Cher (18), 1 foyer dans l'Indre (36), 2 foyers dans la Haute-Loire (43), 1 foyer dans le Lot (46) -le premier dans ce département, 3 foyers dans le Puy de Dôme (63), 1 foyer dans la Saône-et-Loire (71), 3 foyers dans l'Yonne (89).
Ce qui porte à 184 le nombre total de foyers (dont 121 APDI levés à ce jour).
Ces nouveaux foyers ont entraîné une modification du zonage (voir carte ci-jointe)
Par ailleurs, 3 nouveaux départements remplissent les critères pour être déclarés zones saisonnièrement indemnes (ZSI) : l'Aube, le Doubs et la Marne.
Ce qui porte à six le nombre de départements en ZSI : 05-10-25-51-73-74.
L'Italie a accepté de faire jouer l'article 3 du protocole bilatéral (reconnaissance de nos ZSI) : elle autorise l'introduction de bovins et d'ovins de moins de 90 jours originaires de ZSI testés PCR.

La dernière réunion de travail relative à la vaccination s'est tenue aujourd'hui à la DGAL; le dispositif sera soumis au CNOPSAV santé animale le 18 février

Nous n’avons pas d’information stabilisée concernant les modalités pratiques de la vaccination pour la période de février à avril. Les discussions sont toujours en cours et le projet d’instruction devrait encore être modifié.

 
05/02/2016  

Cette semaine, 13 nouveaux foyers de F.C.O. ont été confirmés (2 foyers dans l'Allier (03), 1 foyer dans l'Aveyron (12), 3 foyers en Dordogne (24) (ce sont les premiers foyers détectés dans ce département,) 2 foyers dans la Nièvre (58), 3 foyers dans le Puy de Dôme (63), 2 foyers en Haute-Vienne (87) (ce sont les premiers foyers détectés dans ce département)). Ce qui porte à 173 le nombre total de foyers. 117 A.P.D.I. sont levés à ce jour.

Ces nouveaux foyers ont entraîné une modification du zonage, qui sera publiée demain au J.O.
Par ailleurs, un nouveau département rempli les critères pour être déclaré zone saisonnièrement indemne (Z.S.I.) de F.C.O. : la Haute-Savoie.
Cela porte le nombre de départements en zone saisonnièrement indemne de F.C.O. (Z.S.I.) à 3 (05-73-74).

Voir la carte présentant les Z.S.I. et le nouveau zonage ci-dessous. Les modalités de communication des résultats de surveillance entomologique et sérologique sont précisées dans l'instruction DGAL/SDSPA 2016-83 (voir doc pdf)

En ce qui concerne la vaccination : environ 250 000 doses de vaccin Merial et 90 000 doses du vaccin Callier sont encore à disposition des D.D.P.P. et continuent d'être mobilisées. 2 millions de doses (ovines) du vaccin C.Z.V. ont été livrées et 2,4 millions de doses de vaccin Merial seront disponibles à partir du 29 février prochain. Les modalités d'utilisation de ces doses seront précisées par une nouvelle instruction en cours d'élaboration dans le cadre d'un groupe de travail. Le C.N.O.P.S.A.V. du 18/02/2016 sera consulté sur ce projet d'instruction. L'approvisionnement à partir du marché public 2016 ne peut être encore précisé car les marchés n'ont pas encore été notifiés.

 
31/01/2016  

Cette semaine, 6 nouveaux foyers ont été confirmés, ce qui porte le nombre de foyers à 160.

Il s'agit pour tous ces foyers de bovins issus du Puy de Dôme testés en vue de mouvements. Le zonage n'est donc pas modifié.

107 A.P.D.I. sont levés à ce jour.

Les surveillances vectorielles et virales permettent de déclarer ce jour les départements de Savoie et des Hautes-Alpes en zone saisonnièrement indemne depuis le 5 janvier 2016 : les déplacements des animaux présents dans ces départements depuis cette date, à destination de la zone indemne européenne pourront être réalisé la base d'un simple résultat favorable à la P.C.R. (ou autres conditions prévues par instructions).

Par ailleurs, la situation en matière de vaccination est la suivante : 360 000 doses de vaccin Merial et 95 000 doses du vaccin Callier sont encore à disposition des D.D.P.P. et continuent d'être mobilisées ; 2 millions de doses (ovines) du vaccin C.Z.V. sont en cours de livraison et 2,4 millions de doses de vaccin Merial seront disponibles à partir du 29 février prochain. L'approvisionnement à partir du marché public 2016 sera précisé très prochainement.

L'Etat continuera d'acheter le vaccin et de le mettre à disposition des vétérinaires sanitaires en 2016 gratuitement ; les frais vétérinaires seront pris en charge par l'Etat uniquement pour la police sanitaire à partir du 1er mars 2016. Les règles de distribution sont en cours de finalisation en lien avec le marché public 2016.

Un C.N.O.P.S.A.V. Santé Animale sera réuni le 18 février prochain au matin pour présenter l'ensemble de la stratégie vaccinale pour 2016.

Quelques précisions concernant la stratégie vaccinale : des discussions techniques sont en cours pour organiser la vaccination et permettre la sortie des animaux de la zone réglementée, notamment après la période saisonnièrement indemne et la période d’inactivité vectorielle.

Enfin, l’instruction mouvements modifiée intègre la possibilité d’envoyer des animaux vers l’Espagne sur la base de l’inactivité vectorielle depuis au moins 14j et d’un test P.C.R. négatif (III.C.iv page 9). Le rassemblement en zone indemne des animaux échangés selon ces dispositions est autorisé, sous réserve du respect des exigences ci-dessus. (voir instruction fichier pdf)

Des précisions sont également apportées sur les modalités de transit en zone réglementée (IV pages 10 et 11) et en zone saisonnièrement indemne.

Le cas des animaux issus d’une zone devenue réglementée après leur départ de celle-ci est détaillé quant aux conditions pour leur acceptation aux échanges (V.D page 13).

 
26/01/2016  

Point situation

A- Une nouvelle version de l’instruction surveillance hivernale qui complète la précédente sur la gestion des cas positifs. Elle présente une annexe présentant par département les dates d’inactivité vectorielle (voir fichier pdf)

B- Une saisine de l’A.N.S.E.S. qui répond à de nombreuses questions. Les éléments majeurs sont les suivants :
- Le plus probable est que l’épizootie actuelle soit liée à une circulation du B.T.V.-8 à bas bruit dans la population bovine ;
- La surveillance programmée a été analysée pour la période 2013-2015 (cf. annexe 1) : sur 1634 bovins analysés, 137 sont positifs, dont 42% ne respectent pas les critères d’âge et ont donc pu être vaccinés ou infectés avant 2010. Ces données sont difficilement interprétables. En 2014, on peut suspecter une circulation virale dans le département de la Nièvre, avec 4% d’animaux séropositifs ;
- Le vaccin Calier immunise les animaux 33 jours après l’injection, le R.C.P. du vaccin a été modifié dans ce sens ;
- Les traitements insecticides permettent de diminuer le nombre de piqures de culicoïdes mais ne protègent pas à 100%. Le risque de diffusion du virus par les mouvements de Z.R. vers Z.I. conditionnés à double désinsectisation et double P.C.R. est qualifié de quasi-nul à minime. Toutefois, ce risque augmente avec le nombre d’animaux concernés. Le groupe d’experts ne recommande pas la double désinsectisation.

C- Une réunion pour anticiper les questions d’échanges et export au moment de la reprise d’activité vectorielle s’est tenue le 20 janvier à la D.G.Al. Il a été annoncé que l’Etat prend en charge le vaccin et l’acte vaccinal jusqu’au 1er mars. Actuellement, il resterait un stock de plusieurs centaines de milliers de doses de vaccins Mérial disponibles en centrales (stock à vérifier toutefois, ce chiffre paraissant surprenant) et de 90 000 doses de Calier. Les livraisons de vaccins attendues sont :
- 2 millions de doses C.Z.V. pour début février
- 2.55 millions de doses Mérial pour fin février
- Les commandes que va passer l’Etat suite à son appel d’offre pour vacciner 8 millions de bovins et 2.5 millions d’ovins sont attendues pour avril (malgré l’insistance des organisations d’éleveurs lors du dernier C.N.O.P.S.A.V. F.C.O. pour indiquer qu’il faudrait disposer des vaccins avant le mois d’avril).

Une réunion sur les modalités de la vaccination se tiendra la semaine prochaine. Il s’agira de discuter plusieurs points :
- Les modalités de distribution du vaccin quand l’éleveur décide de vacciner lui-même ses animaux
- La priorisation stratégique des 4.5 millions de doses attendues pour février (broutards, ovins, cheptels laitiers, animaux participant à des concours, etc.)
- La traçabilité de la vaccination

L’envoi d’animaux en Espagne est à nouveau possible avec un seul test P.C.R. individuel et tant que le département expéditeur est en période d’inactivité vectorielle. Les D.D.c.s.P.P. ont été informées de cette possibilité. Actuellement, toute la France est en période d’inactivité vectorielle. Pour les échanges avec les Etats membres autres que l’Espagne, il faut attendre la déclaration de zone saisonnièrement indemne pour bénéficier des mêmes conditions.

Par ailleurs, la prise en charge des P.C.R. est toujours d’actualité pour les veaux à destination d’Espagne. Il a été demandé à l’Etat que cette disposition soit étendue à toutes les catégories d’animaux, nous attendons un arbitrage.

Pour information, de janvier à octobre 2015 ont été envoyés en Espagne 1.1 millions de bovins dont :
- 120 000 veaux de moins de 80 kg
- 58 000 bovins pour abattage
- 818 000 bovins pour engraissement
39 000 têtes sont envoyées chaque mois en Espagne, dont la moitié quasiment sont des veaux.

 
12/01/2016   Communiqué de presse du Ministère indiquant que l’Espagne rouvre ses frontières aux veaux ayant une P.C.R. négative 14 jours après le début de la période d’inactivité vectorielle.(lire le communiqué)
Cette ouverture se fait toujours dans l’attente, pour les autorités espagnoles, de la vaccination du cheptel d’origine des animaux échangés.
 
31/12/2015  

Avec la confirmation de 8 nouveaux cas depuis notre dernier message le 17 décembre, le nombre de foyers confirmés est désormais de 143 (60 A.P.D.I. ont été levés).

Les derniers cas enregistrés en Corrèze, dans l'Isère, la Saône-et-Loire et l'Yonne entraînent une modification du zonage.

Suite à l'analyse de la situation éco-épidémiologique et aux mesures de désinsectisation et de suivi entomologique prises dans la zone portuaire de Sète, celle-ci est exclue de la zone réglementée (Z.R.) et réintègre la zone indemne.

Tout ceci est consigné dans le nouvel arrêté à paraître demain au Journal Officiel.

Une nouvelle campagne de surveillance programmée des bovins par sérologie a été lancée (instruction DGAL/SDSPA/2015-1159 du 24 décembre). Elle a pour objectifs la confirmation du statut de la zone indemne et l'éventuelle déclaration de "zones saisonnièrement indemnes" au sein de Z.R.

 
29/12/2015   Message de Pierre Primot, Chef du Bureau de l'identification et du mouvement des animaux D.G.Al. :
« les autorités espagnoles nous ont indiqué qu'elles ne prolongeraient pas les conditions du protocole bilatéral qui avait été négocié le 02 octobre puis le 30 novembre.

A compter du 01 janvier 2016, les animaux à destination de l'Espagne devront respecter les conditions sanitaires prévues par la réglementation européenne (règlement 1266/2007).

Ce qui implique notamment :
- un délai d'attente après vaccination de 60 jours, quel que soit le vaccin utilisé (ce délai pouvant être raccourci en utilisant des tests P.C.R. 14 jours après le début de l'installation de l'immunité, soit 35 jours après la deuxième injection pour le vaccin MERIAL par exemple) ;
- l'arrêt des expéditions sous conditions de désinsectisation + P.C.R. négative (utilisée pour les animaux de - de 70 jours). »
 
23/12/2015   Modifications importantes de l'instruction sur les mouvements.(voir doc pdf)

- Les animaux peuvent sortir de Z.R. 10 jours après la vaccination avec le vaccin Mérial (en deux injections) et 33 jours avec le vaccin Calier (pour les ovins, en une injection). Le R.C.P. du fabricant devra être respecté pour les autres vaccins ;
- Sortie de ZR possible avec un contrôle PCR sur un échantillon d’animaux pour les lots d’ovins en zone saisonnièrement indemne ;
- La DDecPP de destination doit être informée de l’introduction d’animaux avec le protocole désinsectisation et double PCR ;
- L’abattage en ZI d’agneaux issus de ZR peut être différé jusqu’à 14 jours (au lieu des 24 heures précédemment accordées) si une procédure canalisée est assurée et si les animaux sont confinés ;
- Semence fraîche ovine : sortie de ZR si les animaux sont vaccinés depuis au moins 60 jours ;
- Les animaux valablement vaccinés des cheptels en APDI sont admis aux échanges ;
- Les femelles gestantes doivent avoir été vaccinées avant insémination pour être admises aux échanges.

2/ Nous sommes en attente d’une instruction sur la surveillance programmée hivernale qui pourrait permettre de déclarer des zones saisonnièrement indemnes (au sens de la réglementation européenne) et rouvrir ainsi le marché turc et le marché italien pour les veaux (sous condition de PCR négative) et alléger les conditions de sortie de ZR avec une unique PCR.

3/ Pour les concours, ils sont souverains dans leurs exigences sanitaires mais vous trouverez ci-dessous quelques éléments de conformité avec l’instruction mouvements :

- Vaccination des animaux de ZI pour leur permettre de retourner dans leur exploitation d’origine ;
- Les jeunes animaux devront avoir été vaccinés (et donc suffisamment âgés) : un veau non vacciné ne pourra pas accompagner sa mère (ce point est actuellement en discussion avec la DGAl).

Pour organiser leur vaccination en période de maigre disponibilité en vaccins, les listes d’animaux à vacciner pour participation à un concours sont à remettre aux O.S. qui les remontent à Races de France. Ces listes seront transmises par instruction de la DGAl aux DDecPP.

Pour le Concours Général Agricole, il faut faire la première injection au plus tard le 13 janvier pour que les délais de rappel et d’installation de l’immunité soient respectés avant participation au concours.
 
18/12/2015  

Un CNOPSAV spécifique FCO s’est réuni le 16 décembre. En voici ci-dessous les éléments marquants.

Le dispositif de surveillance hivernale est en cours de discussion. Il a pour double objectif de faire un état des lieux de la distribution du virus en zones réglementée et indemne et d’éventuellement déclarer des zones saisonnièrement indemnes (Z.S.I.). L’intérêt des ZSI est de pouvoir faire sortir des animaux de zone réglementée sans vaccination : avec un test PCR négatif 14 jours après la déclaration de la ZSI et sans condition 60 jours après. Cependant, une ZSI ne peut être déclarée que sur la base d’une inactivité vectorielle assortie d’un programme de surveillance des ruminants démontrant l’absence de circulation virale. Ce dispositif est actuellement discuté au sein de la plateforme ESA et n’est pas encore totalement stabilisé ; il s’appuiera sur la réalisation de sérologies sur les prélèvements de prophylaxie.

Face aux difficultés des cheptels transhumant dans une région coupée en deux (PACA et Rhône-Alpes), la DGAl propose de passer par le CROPSAV pour demander que la région entière passe en ZR, si l’ensemble des filières professionnelles en sont d’accord.

L’ANSES a été saisie pour évaluer le risque lié à la réapparition du BTV-8 ; les premiers résultats ont été présentés en séance mais le rapport n’est pas encore public. Il ressort notamment de cette présentation que la désinsectisation est un procédé efficace quand l’insecticide est bien appliqué (préférer les formes « pour on »), mais avec une efficacité limitée dans le temps. L’ANSES ne recommande en revanche pas de double désinsectisation, notamment pour des questions de toxicité et de coût. Le risque de propagation de la maladie par des animaux subissant deux séries de désinsectisation et de PCR est jugé quasi-nul (mais il augmente avec le nombre d’animaux échangés). Enfin, le confinement n’est pas forcément une mesure pertinente ; celle-ci pourrait être révisée par l’Administration.

Vaccination 2016 :

Pour faciliter les commandes de vaccins aux laboratoires, l’Etat a publié un appel d’offre pour acquérir 21 millions de doses permettant de vacciner 8 millions de bovins et 2,5 millions d’ovins. Les doses de vaccins sont payées par l’Etat mais, à partir du 1er février, l’acte de vaccination par le vétérinaire ne sera plus pris en charge par l’Etat.

L’ensemble des représentants des éleveurs a demandé que les frais vétérinaires soient pris en charge par l’Etat lorsque la vaccination est nécessaire à un mouvement. GDS France partage cette demande mais regrette qu’un tel investissement dans le sanitaire soit immédiatement exporté.

Calendrier de livraison des doses de vaccins :

- 120 000 doses de Calier pour mi-janvier (vaccin ovin en une injection), dont 25 000 doses pour la Corse
- 2 millions de doses CZV pour fin janvier (permet de vacciner 1 million d’ovins ou 500 000 bovins)
- 3,6 millions de doses Mérial pour février (permet de vacciner 1,8 million d’ovins ou bovins)

Les doses produites en réponse au marché public concernant 8 millions de bovins et 2,5 millions d’ovins devront être livrées au plus tard au 30 mars. GDS France a exprimé son regret de l’arrivée tardive des vaccins car il avait été précisé très clairement lors du précédent CNOPSAV que les éleveurs devaient pouvoir vacciner avant avril.

Pour ce qui concerne l’export, les négociations avec la Turquie et l’Egypte sont toujours en cours. L’Espagne n’accordera probablement pas de nouvelle extension à l’accord en cours et devrait exiger des animaux vaccinés issus de cheptels vaccinés dès janvier 2016.

 
   

Point sanitaire hebdomadaire du 10/12/2015 : il y a 15 nouveaux foyers de F.C.O. B.T.V. 8 identifiés cette semaine, tous liés à la surveillance dans le cadre des mouvements (6 dans l'Allier, 4 dans le Puy de Dôme, 2 dans la Nièvre, 1 dans le Cher, 1 dans la Loire et 1 dans l'Aveyron) : ces deux derniers cas font évoluer le zonage (carte jointe). Un nouvel arrêté sera publié demain.
A ce jour le nombre de foyers confirmés est de 128 (parmi lesquels, 57 A.P.D.I. sont désormais levés).

Par ailleurs, l’instruction a été modifiée pour la vaccination (fichier pdf).

Une réaffectation de 789 800 doses jusqu'ici réservées au niveau national a été décidé (seules 50 000 doses seront sanctuarisées pour faire face à l'éventuel basculement de nouveaux départements en Z.R. ou en cas d'urgence particulière).
Ces doses ont été réparties entre les différents départements de Z.R. au prorata du nombre de bovins qu’ils hébergent, avec une pondération supplémentaire de 10 % pour les départements dans lesquels un (ou plusieurs) foyers ont été identifié(s) afin de procéder aux vaccinations dans le cadre de la levée de l'A.P.D.I.
Le détail des quotas additionnels alloués par départements est disponible en annexe I de l’annexe.

Les D.D.e.c.P.P. sont responsables de l'attribution des doses. Il est conseillé de ménager un contingent de doses de réserve au niveau départemental, du fait de l'absence de stock national suite à cette réaffectation de doses.

Outre la livraison mi-janvier de 120 000 doses supplémentaires de vaccin Calier (A.M.M. ovins), le Ministère est également en phase d'approvisionnement en vaccin C.Z.V. Les stocks en cours d'acquisition permettront de vacciner 1 million d'ovins ou 500 000 bovins et devraient être disponibles d'ici la fin du mois de janvier 2016. Enfin, un nouveau contingent de 3,5 millions de doses de vaccins Mérial devrait aussi être livré d'ici fin février 2016.

La suite de la stratégie vaccinale pour l'année 2016 fera l'objet de débats dans le cadre du C.N.O.P.S.A.V. prévu le 16 décembre 2015.

 
   

Point de situation au 04/12/2015
Il y a 8 nouveaux foyers de FCO BTV8 identifiés cette semaine, tous liés à la surveillance dans le cadre des mouvements (7 dans le le Puy de Dôme, 1 dans la Nièvre) : Il n'y aura pas de modification de l'arrêté de zonage. A ce jour le nombre de foyers confirmés est de 113 (parmi lesquels, 49 APDI sont désormais levés).
Les instructions relatives à la l'attribution des 800 000 doses de vaccin restantes ont été adressées aux DDcsPP de la zone réglementée : les doses ont été réparties au prorata des effectifs bovins totaux de chaque département.
Les conditions de gestion des APDI ont été assouplies pour permettre la mise en circulation des animaux dument vaccinés.
La rencontre de lundi avec les autorités espagnoles a permis un maintien du protocole actuels jusqu'au 31 décembre 2015

Instruction 2015-1021 sur la surveillance et la gestion des suspicions (voir doc pdf):
La surveillance évènementielle se déploie sur l’ensemble du territoire. La vigilance clinique est de mise pour détecter l’émergence éventuelle de sérotypes exotiques. Toute suspicion doit être déclarée à la DDecPP (les signes cliniques menant à une suspicion sont en annexe de l’instruction. Les prélèvements sont envoyés au L.D.A. pour la Z.R. et au L.N.R. pour la Z.I.
- La surveillance programmée en France continentale est en cours de discussion au sein du groupe de suivi de la plateforme E.S.A. Son objectif est de déterminer des zones saisonnièrement indemnes qui permettront des mouvements depuis la Z.R. sans obligation de vaccination. Cette surveillance doit combiner une surveillance entomologique et une surveillance de bovins sentinelles (exigences réglementaires européennes).
- Une surveillance renforcée s’appuie de fait sur les tests réalisés sur les animaux qui doivent quitter la Z.R. Les résultats de ces tests sont enregistrés dans SIGAl et participent à la surveillance.
- Pour les bovins de moins de 70 jours à destination de l’Espagne, la P.C.R. est prise en charge par l’Etat et son résultat enregistré dans SIGAl.

La D.G.Al. (Patrick Dehaumont et Loïc Evain) et le L.N.R. (Stéphan Zientara) sont allés en Espagne ce lundi. Il en ressort que :
« 1/ L'Espagne accepte de prolonger l'actuel protocole jusqu'au 31 décembre, puis jusqu'à la fin de notre période saisonnièrement indemne. Il n'y aura donc pas d'interruption début 2016 si nous sommes en mesure, grâce au programme de surveillance, de constater cette période avant la fin de cette année. Cette constatation est très probable, sur tout ou partie de la ZR;
2/ Pour la suite, le protocole devra être revu sur la vaccination (l'Espagne n'entend pas céder sur l'exigence d'une vaccination de l'ensemble du troupeau d'origine des ruminants qu'elle introduit sur son territoire, parce que les éleveurs de la ZR espagnole sont eux mêmes soumis à cette exigence - la vaccination y est obligatoire), ou bien les échanges se poursuivront aux conditions européennes (vaccination + 60 jours, sans exigence troupeau, au lieu des 10 jours du protocole). Il restera à lever une incertitude sur le maintien du test PCR pour les jeunes veaux et agneaux (nés de mères non vaccinées);
3/ il faudra donc se revoir dans les premières semaines de 2016. »

 
27/11/2015  

A ce jour 105 foyers de FCO BTV8 ont été identifiés en France depuis le début de l'épizootie (10 nouveaux cas depuis la semaine dernière) ; parmi ceux-ci, 3 nouveaux foyers identifiés dans le Cantal, la Haute-Loire et la Lozère entrainent une modifications de la zone réglementée (carte jointe) : il y aura donc publication d'un nouvel arrêté ministériel demain.
62 cheptels demeurent sous arrêté d'infection et 43 arrêtés ont été levés.

Lundi 30 novembre, Patrick Dehaumont (DGAL), Loïc Evain (CVO) et Stéphan Zientara (ANSES, Laboratoire de référence) rencontreront leurs homologues espagnols au sujet du protocole bilatéral.

Pour mémoire le CNOPSAV FCO se réunira le 8 décembre 2015

 
20/11/2015  

A ce jour 95 foyers de FCO BTV8 ont été identifiés en France depuis le début de l'épizootie (83 foyers suite à des résultats de PCR positifs lors de la surveillance programmée ou des tests pour mettre les animaux en mouvement, 12 foyers suite à des suspicions cliniques). 68 cheptels demeurent sous arrêté d'infection et 27 arrêtés ont été levés.
Les 5 nouveaux foyers identifiés cette semaine ne concernent que le Puy de Dôme et n'entrainent pas de modifications de la zone réglementée : il n'y aura pas de publication d'un nouvel arrêté ministériel demain.

La surveillance vectorielle est désormais en place et les premiers résultats seront communiqués début décembre.

Les instructions relatives au paiement des tests PCR réalisés sur les veaux destinés aux échanges avec l'Espagne seront transmises aux services demain.

Une réaffectation des doses de vaccin non utilisées en zone indemne vers les zones réglementées sera réalisée la semaine prochaine.

Enfin Loïc Evain (DGAL), CVO rencontrera son homologue turc demain

Pour mémoire le CNOPSAV se réunira le 8 décembre

Enfin, une information d’importance concernant le sérotype 4 : l’Autriche a déclaré cette semaine à l’O.I.E. trois foyers de B.T.V.-4 sur sa frontière avec la Hongrie (information O.I.E.).

Vous trouverez une mise à jour de la situation épidémiologique sur le site de la plateforme :
http://www.plateforme-esa.fr/?q=node/35845

 
13/11/2015  

FRANCE
Évolution du zonage
: la surveillance événementielle a permis d' identifier 6 nouveau foyers : un dans l'Allier, l'Aveyron (premier foyer pour ce département), le Cantal, la Nièvre, et deux dans la Creuse.
Tous ces foyers concernent des bovins testés préalablement à une sortie de Zone réglementée (ZR) vers la Zone indemne (ZI) ou l'étranger.
Le zonage concerne désormais 5 nouveaux départements : l'Hérault et le Gard en entier et une partie des Bouches du Rhône, du Vaucluse, de l'Aude.
Par ailleurs les départements suivants sont désormais intégralement en ZR : Charente, Dordogne, Tarn-et-Garonne et Tarn
Un arrêté ministériel paraîtra demain validant cette évolution conformément à la carte ci-dessous.

Mouvements : de fortes préoccupations ont été exprimées par les professionnels concernant les difficultés pour ettre en œuvre l'exigence de confinement des animaux à l'arrivée en ZI avant la seconde PCR (prévue par la note de service du 6 novembre sur les mouvements d'animaux). Une expertise est en cours afin d'essayer de trouver des solutions alternatives, sans risquer d'altérer le statut sanitaire de la ZI.

Police sanitaire : une note de service relative aux mesures de police sanitaire va paraître dans les prochains jours.

UNION EUROPEENNE (réunion CVO et entretiens en marge à Bruxelles le 10 novembre) et PAYS-TIERS :
Protocoles bilatéraux :
- LUXEMBOURG : signature d'un accord limité à vaccin + 10 jours pour bovins. Refus test PCR. (voir doc pdf)
- BELGIQUE : devrait nous faire la même réponse la semaine prochaine;
- GRECE : attend une réunion de concertation avec les professionnels qui doit avoir lieu en décembre, mais nous insistons pour obtenir une réponse plus tôt;
- ROYAUME-UNI : consultation labo de référence Pirbright en cours (a priori également désaccord sur PCR);

pour mémoire : REP TCHEQUE attend habilitation juridique pour signer, LITUANIE et BULGARIE pas d'accord pour déroger à la réglementation UE.

Transit :
- POLOGNE (exportation Russie) : devrait nous confirmer son accord avant fin de semaine. Demandera à être informée la veille de l'arrivée des animaux en Pologne.

Révision stratégie UE :
Discussion intéressante (14 EM se sont exprimés) après présentation des contributions ESP et FR (voir doc pdf). Même s'il y a pas mal de nuances entre les EM (notamment selon qu'ils sont ou ont été concernés par la maladie, ou pas), la majorité estime que la réglementation doit évoluer (considérer l'impact sanitaire, sans perdre de vue les conséquences commerciales), que l'EFSA doit être saisie, que nous devons rester en ligne avec l'OIE (faire évoluer les normes oui, mais sans brusquer, car beaucoup de pays se souviendront sans doute que l'UE était très "protectrice" à l'époque où la FCO n'y existait pas..). La stratégie vaccinale sera le coeur du sujet (peu d'adeptes d'une vaccination de masse obligatoire, à l'exception de ESP), en tenant compte de la difficulté à prévoir la pathogénicité des 26 sérotypes... La Commission est assez claire sur ses intentions (contente de voir que le mot déréglementation ne fait pas peur) : saisir l'EFSA, élaborer une feuille de route avec des actions court, moyen et long terme, c'est à dire "organiser la déréglementation", en parallèle avec l'OIE, de façon à avoir des mesures de gestion proportionnées (des programmes volontaires d'éradication seront bien sûr toujours possibles). Les CVO devraient y revenir le 2 décembre sur la base d'un document de travail de la Présidence.

Pays tiers :
- ALGERIE : confirmation accord bovins vaccinés à compter du 2 novembre;
- TURQUIE : attente confirmation du CVO turc pour réunion à Ankara la semaine prochaine;
- EGYPTE : des propositions de certificats sanitaires (CS) engraissement et abattage vont être transmises demain au Caire (dernières consultations en cours avec les professionnels);
- IRAN : transmission à Téhéran d'une proposition de CS;
- UKRAINE : embargo levé le 6 novembre, moyennant vaccination et test pour provenance ZR;
- BIELORUSSIE : refus bovins vaccinés. Un courrier va être transmis;
- RUSSIE : plusieurs départements interdits. Une démarche va également être entreprise.

 
10/11/2015   Nouvelle instruction relative aux mouvement des animaux (voir fichier pdf)  
06/11/2015  

Point situation .
La surveillance événementielle (dépistages PCR liés aux mouvements des animaux) a identifié un foyer en Corrèze et un foyer dans le Puy de Dôme qui font évoluer la zone réglementée cette semaine. Un arrêté ministériel paraitra demain validant cette évolution conformément à la carte ci-dessous.

La surveillance vectorielle sera opérationnelle à partir du 16 novembre et une surveillance programmée est en cours d'élaboration pour être déployée cet hiver.

La réunion relative aux besoins en vaccins pour l'année 2016 a eu lieu hier au ministère de l'agriculture : 2,5 millions de brebis et béliers de souche sont à vacciner ainsi que l'ensemble des animaux allaitants nés dans l'année, et des besoins de vaccination de 10% des cheptels souches allaitants et 20% des cheptels souches laitiers ont été identifiés (soit au total une première estimation globale de 8 millions de bovins à vacciner en 2016). Il a été aussi insisté sur la nécessité de pouvoir vacciner la plupart des animaux avant la mise à l'herbe.

Cette vaccination pourrait être réalisée en zone réglementée comme en zone indemne.

Le CNOPSAV élargi consacré à la FCO se réunira le mardi 8 décembre 2015.

Une réunion consacrée aux échanges et aux exportations a eu lieu ce matin : des protocoles bilatéraux vont être soumis aux autorités sanitaires allemandes, anglaises, belges, luxembourgeoises et grecques.

 
05/11/2015   Un bilan complet de la situation sanitaire au 30/10/2015 est disponible sur le site de la plateforme d’épidémiosurveillance en santé animale. Il reprend notamment tous les résultats de la surveillance programmée et évènementielle.
http://www.plateforme-esa.fr/?q=node/35815
 
02/11/2015  

Point situation
1/ Une dizaine de nouveaux foyers ont été identifiés la semaine dernière suite aux prélèvements réalisés lors de la mise en mouvement d'animaux à partir de la zone réglementée (PCR positives réalisées pour des mouvements à destination de l'Espagne ou de la zone indemne). Un cas dans le Loiret et un autre dans le nord-est de la Saône et Loire conduisent à étendre la zone au nord et à l'est (voir carte ci-dessous). Un nouvel arrêté sera publié début de semaine au journal officiel.

2/ Les DD(CS)PP ont été destinataires de l'instruction visant à déployer le dispositif de surveillance vectorielle qui sera opérationnel à la mi-novembre pour permettre d'identifier scientifiquement une période d'inactivité vectorielle.

3/ Toutes les doses de vaccin Mérial à destination des bovins ont été rendues disponibles à l'exception d'une réserve de 250000 doses. Ces doses pourront ou être affectées à des départements qui entreraient dans la zone réglementée ou être redéployées dans la zone réglementée en fin d'année. Une instruction aux DD(CS)PP a rappelé la nécessité impérieuse d'orienter ces doses vers les bovins de 6 à 16 mois destinés aux échanges intraUE ou à l'exportation.

Le vaccin Callier sera complètement mobilisé pour permettre de vacciner des ovins reproducteurs devant circuler de la ZR vers la ZI : une liste nationale d'éleveurs concernés fait l'objet d'échanges avec les représentations professionnelles nationales avant validation.

Mercredi 4 novembre après-midi seront réunis au ministère les professionnels de l'élevage et les laboratoires de production, pour évaluer le volume de vaccins nécessaire pour 2016 ainsi que les modalités pour y accéder.

4/ Les échanges intraUE de bovins vaccinés débutent, en application des protocoles validés avec les autorités sanitaires italiennes et espagnoles (premiers départs demain pour l'Italie).

Les négociations avec l'Algérie sont bien avancées pour permettre l'exportation de bovins vaccinés (confirmation écrite en cours).

5/ Un nouveau point d'information sera fait jeudi prochain, ou plus tôt selon les progrès obtenus dans les négociations avec les Etats membres (Lituanie, République tchèque notamment) et les pays-tiers (Turquie notamment)

 

 

23/10/2015  

Désinsectisation - apiculture
Afin d’appliquer certaines mesures de maîtrise de la F.C.O., les professionnels de l’élevage peuvent avoir recours à la désinsectisation des bâtiments et des moyens de transport. Ces pratiques ne sont pas sans danger pour l’homme ni pour les animaux non-ciblés. Vous trouverez sur le site F.C.O.-Info un document réalisé par la S.N.G.T.V. émettant des recommandations de bonnes pratiques d’utilisation de ces produits : http://www.fcoinfo.fr/spip.php?article571 .

En complément, nous appelons votre vigilance sur l’usage d’équipements individuels de protection adaptés et le respect des préconisations d’usage des traitements ; la sensibilisation des éleveurs aux bonnes pratiques est importante.

Enfin, les apiculteurs doivent informer les éleveurs de l’existence de ruches à proximité de site d’exploitation. Même si l’abeille n’est pas ciblée par la désinsectisation, des précautions peuvent être prises par les apiculteurs et éleveurs pour limiter les risques d’expositions (déplacer les ruches, utilisation d’abreuvoirs aux abeilles…). De plus, les ruches doivent être visitées régulièrement pour surveiller l’état des colonies ; en cas de surmortalité anormale, il est important de réaliser une déclaration à la D.D.(c.s.)P.P. de votre département (cf. la note de service 2014-899).

23/10/2015  

Point situation
La surveillance nationale programmée est désormais terminée. La surveillance événementielle (suspicions cliniques ou dépistages liés aux mouvements) a identifié 2 foyers dans l'Allier et 1 dans le Puy de Dôme cette semaine. Ceux-ci n'entraînent pas d'extension de la zone réglementée.

La zone réglementée n'évoluera donc pas en cette fin de semaine et aucune publication d'un nouvel arrêté ministériel n'est prévue pour demain.

Les doses de vaccins continuent à être mobilisée et doivent permettre de vacciner près d'un millions de bovins ; une réunion relative aux volumes de vaccins nécessaires en 2016 et à leurs modalités d'accès est programmée le mardi 4 novembre au Ministère de l'Agriculture.

Le dispositif de surveillance vectorielle est en cours de déploiement par la formation des acteurs de terrain et l'identification de zones homogènes pour la mise en place des pièges à insectes.

Dans l'attente de l'identification d'une période d'inactivité vectorielle, les modalités de mouvements des animaux des zones réglementées vers les zones indemnes ont été permises sous condition d'une désinsectisation de 14 jours suivie d'un résultat favorable au test P.C.R. avant le départ des animaux, puis du renouvellement, à destination en zone indemne, d'une désinsectisation de 14 jours suivie d'un test P.C.R. favorable.

Les négociations internationales se poursuivent notamment à l'occasion de la réunion des C.V.O. qui a eu lieu aujourd'hui à Bruxelles.

21/10/2015  
L’instruction sur les conditions de mouvements qui vous a été envoyée le 18/10 a été modifiée le 20/10/2015 (Lire instruction - format pdf). Elle permet désormais la sortie d’animaux de la zone réglementée vers la zone indemne sous condition de désinsectisation puis P.C.R. négative après 14 jours chez le vendeur + désinsectisation immédiate à l’arrivée avec confinement et dépistage P.C.R. 14 jours après introduction.

Une modification également sur l’estive des petits ruminants :
au départ de Z.R. : préalablement au mouvement, 14 jours de protection contre les vecteurs (désinsectisation) et dépistage P.C.R. par sondage permettant la détection de la maladie avec une prévalence de 5% (soit 57 animaux dans les troupeaux de 1 000 animaux), avec résultat négatif, à la charge du détenteur ET - A l'arrivée en Z.I. : désinsectisation immédiate à l'arrivée puis, au bout de 14 jours, dépistage P.C.R. par sondage permettant la détection de la maladie avec une prévalence de 5% (soit 57 animaux dans les troupeaux de 1 000 animaux), avec résultat négatif, à la charge du détenteur. N.B. : le sondage est réalisé de façon aléatoire, les animaux dépistés à l'arrivée peuvent être différents de ceux dépistés au départ. : En cas de résultat positif obtenu dans le cadre de cette dérogation, les animaux n'étant pas confinés à l'arrivée, la zone de 150 km autour du foyer passera en zone réglementée.

Une instruction sur la surveillance entomologique du territoire est attendue pour la semaine prochaine. Elle devrait permettre de déterminer des périodes d’inactivité vectorielle, faisant ainsi bénéficier les zones concernées de possibilité de mouvements supplémentaires.
19/10/2015  
La Direction Générale de l’Alimentation nous a transmis la note DGAl/SDSPA/2015-868 qui paraîtra lundi relative aux conditions de mouvements vis à vis de la F.C.O. Cette note s'inscrit dans le contexte d'adaptation réglementaire introduite par l'arrêté du 16/10/2015 et où le protocole vient d'être signé avec les autorités italiennes. (lire note - pdf)

Elle nous a également indiqué que les nouvelles doses de vaccin Mérial seront livrées aux centrales de distribution en début de semaine, et qy’une instruction a été préparée pour accompagner ce deuxième arrivage.

Enfin, elle nous informe qu'en raison d'une erreur le département du Jura n'était pas inclus dans l'arrêté du 16/10/15, un arrêté modificatif a été adopté et devrait être publié au J.O. de lundi.
16/10/2015   L’accord bilatéral avec l’Italie vient d’être signé. (A lire - fichier pdf)
Les dérogations négociées pour l’envoi de bovins et ovins issus de la zone réglementée sont :
- Animaux de plus de 90 jours : vaccinés avec respect d’un délai de 10 jours après la deuxième injection ;
- Animaux de moins de 90 jours : nés de mères vaccinées ;
- Sous-réserve pour les animaux de moins de 90 jours : PCR négative si provenance d’une zone reconnue saisonnièrement indemne (PCR 14 jours après le début de la période d’inactivité vectorielle).
16/10/2015  
Point hebdomadaire de situation
Les opérations de surveillance programmées à l'issue de la réapparition de la FCO sérotype 8 ont permis d'identifier que le virus est présent dans une grande partie du territoire national mais pas partout.

Cette situation a été présentée au CNOPSAV de mardi dernier, lequel a permis d'échanger sur l'évolution de notre dispositif sanitaire. Les décisions prises par le ministre sur la base des propositions du CNOPSAV ont fait l'objet d'un communiqué de presse publié hier.

Le sérotype 8 est désormais considéré comme endémique dans les zones réglementées de France continentale : celles-ci ont donc été modifiées par un arrêté ministériel qui sera publié demain (carte jointe) : la France ne connait désormais qu'une seule zone réglementée (fusion des zones de protection et de surveillance), zone qui comprend désormais l'intégralité de certains départements (extension réalisée si 85 % des bovins se trouvent déjà à moins de 150 km d'un foyer de la maladie). Les départements ayant entre 25% et 85% de leurs bovins conservent toujours une ligne de partage entre zone indemne et zone réglementée.

Dès aujourd'hui, et parce que les périmètres interdits ne se justifient plus épidémiologiquement, le directeur de la DGAL a demandé aux préfets concernés de les lever.

Les mesures de gestion imposées par les APDI posés sur des exploitations de la zone, et les conditions de levée de ces APDI sont allégées.
Les futurs APDI n'exigeront désormais que le recensement des animaux et un suivi clinique par le vétérinaire sanitaire. Ces animaux peuvent circuler en zone réglementée

Les APDI sont levés 10 jours soit après la fin de la primo-vaccination
(2 injections chez les bovins et 1 ou 2 injections selon le vaccin utilisé pour les ovins) opérée sur l'ensemble des ruminants du cheptel, soit, en l'absence de vaccination, 60 jours après la détection du cas de FCO (en l'absence de signes cliniques) ou 60 jours après la dernière date d'observation de signes cliniques.
Les animaux sous APDI ne peuvent faire l'objet d'échange ou d'export

La vaccination contre le virus BTV8 se poursuit toujours à un rythme soutenu et la nouvelle livraison de 820 000 doses a commencé à être déployée sur le terrain.

Une note précisant les modalités pratiques de gestion suite à ces évolutions et actualisant les notes précédentes sera diffusée demain

Enfin nous travaillons sur le protocole de sortie de zone réglementée vers la zone indemne en intégrant la notion d'inactivité vectorielle qui devrait permettre le mouvement d'animaux non vaccinés Nous mettons tout en oeuvre pour que ce protocole et le calendrier d'application soit disponible lundi
16/10/2015  
15/10/2015   Communiqué de presse du Ministre qui confirme la fusion des zones de protection et de surveillance en une seule zone réglementée avec liberté de mouvements au sein de cette zone. (lire pdf)
12/10/2015  

Rappel des conditions de circulation des jeunes ruminants de moins de 70 jours, qui diffèrent entre le Périmètre Interdit et la Zone Règlementée :

Jeunes animaux de moins de 70 jours issus de Périmètre Interdit
Par dérogation, les jeunes animaux (veaux, agneaux et chevreaux) de moins de 70 jours destinés à l’engraissement qui ne peuvent être engraissés au sein du PI peuvent être autorisés à le quitter à destination d’une ZP uniquement, sous réserve des conditions suivantes :
- l’ensemble des animaux du troupeau ne présentent pas de signes cliniques le jour du départ ET,
- les animaux et les moyens de transport sont désinsectisés ET,
- les animaux sont destinés uniquement à l’abattage sur le territoire national après une période d’engraissement en bâtiments fermés et protégés contre les vecteurs situé dans une ZP , ET
- le bâtiment de destination a été désinsectisé avant l’arrivée des animaux, ET
- la DDcsPP du département de départ a donné son accord à la demande écrite et préalable du détenteur des animaux, après avoir pris l’attache de la DDcsPP de destination. La demande doit avoir été formulée à minima 2 jours ouvrable avant la date du mouvement pressenti, pièces justificatives à l’appui.
Le rassemblement de ces animaux est autorisé uniquement en PI. Les animaux concernés par cette dérogation ne peuvent en aucun cas être déplacés vers la zone indemne sauf en vue de leur abattage immédiat.

Jeunes animaux de moins de 70 jours issus de Zone de Protection ou Zone de Surveillance
Par dérogation, les jeunes animaux (veaux, agneaux et chevreaux) de moins de 70 jours destinés à l’engraissement qui ne peuvent être engraissés au sein de leur zone peuvent être autorisés à quitter une ZR vers la ZI sous réserve des conditions suivantes :
- l’ensemble des animaux du troupeau ne présentent pas de signes cliniques le jour du départ ET,
- les animaux et les moyens de transport sont désinsectisés ET,
- les animaux sont destinés uniquement à l’abattage sur le territoire national après une période d’engraissement en bâtiments fermés et protégés contre les vecteurs ET,
- le bâtiment de destination a été désinsectisé avant l’arrivée des animaux.
Le rassemblement de ces animaux est autorisé uniquement en zone réglementée de même statut que l’animal de statut le moins favorable. Cela signifie qu’un allotement peut être réalisé en ZP avec des animaux issus de ZI, de ZS ou de ZP mais qu’un allotement en ZS ne peut être fait qu’avec des animaux issus de ZS ou de ZI mais pas de ZP. Le transport doit être sans arrêt au sein de la ZI.

09/10/2015  
09/10/2015   Arrêté modifié du 08/10/2015 (lire pdf)
09/10/2015  

Point hebdomadaire de situation
Les zones réglementées ont été modifiées par un arrêté ministériel qui sera publié dans la journée de vendredi : la zone a été étendue du fait de l'identification de 6 foyers de la maladie dans le Cantal, dans l'Indre, la Loire, deux en Saône et Loire (ces 4 départements connaissant leur premier foyer) et un dans le sud-ouest de la Nièvre.

Ces résultats ont été obtenus par la surveillance programmée qui a désormais dépassé les 80% de réalisation (une consolidation de la situation sera réalisée demain avec l'ANSES).

La surveillance clinique est à l'origine de plusieurs suspicions chaque jour dans toute la France sans qu'aucune n'ait été confirmée cette semaine.

La vaccination contre le virus BTV8 se poursuit à un rythme soutenu :
900 000 doses ont été distribuées à ce jour aux vétérinaires permettant la vaccination de 450 000 animaux.

Le protocole avec l'Espagne a été signé la semaine dernière et le protocole avec l'Italie sera signé dans les jours à venir.

Un compte-rendu de la situation française a été réalisé auprès des autres états membres aujourd'hui à Bruxelles ; une rencontre avec les responsables techniques de la Commission a permis un échange approfondi sur la situation et les modalités de gestion actuelles et futures.

Le CNOPSAV élargi consacré à la FCO se réunira à la DGAL le 13 octobre prochain pour définir la stratégie à court et moyen terme.

06/10/2015  

Une réunion d’information s’est tenue hier à la D.G.Al. concernant les conditions aux échanges et exports.
La stratégie vaccinale et l’évolution des zones réglementées et des périmètres interdits se discutera lors du C.N.O.P.S.A.V. F.C.O. du 13/10/2015, sur la base des résultats connus de la surveillance programmée toujours en cours.
Dans l’attente, la sortie des périmètres interdits reste interdite, y compris pour les échanges et exports, sauf dérogations nationales prévues dans l’instruction technique DGAL/SDSPA/2015-835 modifiée le 02/10/2015 (cf. message F.C.O. n° 13).
Les informations ci-dessous ressortent de négociations pas toujours finalisées, il est nécessaire d’attendre la diffusion des accords bilatéraux signés qui feront foi.
Protocole bilatéral France - Espagne :
Les autorités espagnoles tolèrent provisoirement (jusqu’au 30/11/2015) les animaux issus de non cheptels vaccinés mais restent fermes sur le fait de n’accepter que des animaux dont les cheptels d’origine sont vaccinés. La France va rediscuter cette exigence qui va au-delà de la réglementation européenne et des recommandations de l’O.I.E. ; la connaissance des décisions qui seront prises sur la stratégie de vaccination lors du C.N.O.P.S.A.V. du 13/10 sont un prérequis à de nouvelles discussions avec l’Espagne.
Négociations en cours avec l’Italie :
Les autorités italiennes restent très fermes sur l’exigence de vaccination des animaux importés (vaccination + délai de 10 jours après la deuxième injection). Des discussions sont toujours en cours sur le risque que représentent les animaux testés en P.C.R. Il faut attendre le résultat des discussions en cours pour la finalisation d’un protocole bilatéral France - Italie.
Les italiens ne parlent plus de « périmètre interdit » mais la France maintient pour le moment l’interdiction de sortie de ces périmètres.
Grèce, Allemagne :
Le C.V.O. français se rapproche de ses homologues grec et allemand pour leur proposer le protocole signé avec l’Espagne.
Bulgarie et Hongrie ont donné leur accord pour deux points d’arrêt où décharger les animaux en provenance de zones réglementées.
Algérie :
L’Algérie refuse les animaux issus de foyers et refuse pour le moment les animaux vaccinés. Les animaux exportés doivent être désinsectisés et obtenir un résultat négatif à un test P.C.R. après 14 jours. Les discussions reprendront une fois les résultats de la surveillance programmée connus ; l’objectif sera alors de promouvoir la possibilité d’envoyer des animaux vaccinés avec une PCR négative.
Turquie :
La Turquie ne raisonnerait plus en région administrative française mais interdirait les animaux en provenance de la zone de protection pour l’engraissement et de la zone réglementée pour les reproducteurs. La vaccination devrait être tolérée et un test P.C.R. exigé. Les discussions se poursuivent pour tenter d’obtenir un assouplissement de ces exigences. Suite à la rencontre franco-turque, les autorités turques doivent rédiger une proposition d’annexe au certificat.

N.B. 1 : Des abattages avec dépistages ont eu lieu sur des animaux importés de pays de l’Est au moment de l’Aïd, tous les résultats sont négatifs.
N.B. 2 : La banque d’Ag B.T.V. 1 et B.T.V. 4 sera livrée le 15/10. Le risque B.T.V. 1,4 n’a pas diminué (B.T.V. 4 : 2 foyers déclarés en Roumanie depuis le 28/09, 1 foyer déclaré en Croatie le 25/09, 6 foyers déclarés en Hongrie depuis le 09/09).

06/10/2015  

Les GDS Bassin Allaitant se sont réunis à Montmarrault le 05/10/2015 et ont décidé de transmettre au Ministre de l'Agriculture le courrier suivant (lire pdf).
La demande prioritaire est la suivante :
"...L’urgence est donc de permettre la sortie des animaux de ces périmètres d’interdiction pour les échanges et l’exportation, mais aussi pour les zones indemnes en France. Cette priorité concerne d’abord évidemment les éleveurs qui, pour certains d’entre eux, se trouvent dans une situation désespérée. Le secteur intermédiaire est aussi fortement demandeur. De même, les ateliers d’engraissement italiens sont dans l’attente. Face au risque de pénurie de broutards issus de la France, ils prospectent actuellement dans d’autres pays comme par exemple l’Irlande. Il est donc indispensable que nous puissions donner des réponses aux éleveurs de notre zone, notamment sur la possibilité, à l’issue de la vaccination en cours, de commercialiser leurs animaux. "

05/10/2015   Note de service : conditions applicables aux mouvements, échanges et exports de ruminants issus d'une zone
réglementée au titre de la FCO en France continentale. (lire pdf)
03/10/2015  

L'accord franco-espagnol accordant des dérogations aux conditions d'échanges des animaux issus de zone réglementée vis-à-vis de la F.C.O. vient d'être signé. Vous le trouverez en pièce jointe.
Il entre en vigueur immédiatement et reste valable jusqu'au 30/11/2015.
Les Conditions d'échange des ruminants adultes issus de zone réglementée française ou espagnole sont :
- animaux vaccinés depuis 10 jours au moins et 1 an au plus
Ou
- animaux désinsectisés (deltamethrine en pour on) avec une P.C.R. négative 14 jours après désinsectisation

Les Conditions d'échanges des ruminants de moins de 70 jours provenant des Z.R. sont :
- animaux nés de mères vaccinées
Ou
- ovins et caprins désinsectisés et une P.C.R. négative 14 jours après désinsectisation pour un échantillon de 30 animaux du lot candidat a l'échange

- P.C.R. négative sur un échantillon de 30 animaux du cheptel d'origine 14 jours après la désinsectisation des candidats à l'échange.

Les P.C.R. s'entendent individuelles.
Les moyens de transport doivent être désinsectisés.

Une réunion sur les conditions aux échanges et exports se tient lundi matin à la DGAl. Nous vous ferons part des éléments rapportés et discutés.

(lire le protocole complet - format pdf)

02/10/2015   Arrêté ministériel modifiant les zones réglementées (lire pdf)
02/10/2015   Les zones réglementées ont été modifiées par un arrêté ministériel qui sera publié vendredi (carte ci-dessous) : la zone a été étendue du fait de l'identification de 3 foyers de la maladie dans le Cher, deux dans l'est de d'Allier et aujourd'hui d'un foyer dans le nord de la Nièvre.

Le taux de réalisation de la surveillance programmée n'avait atteint que 25 % au 30 septembre. Une semaine supplémentaire sera nécessaire pour finir de collecter et analyser toutes les données.

La vaccination contre le virus BTV8, commencée dans les foyers la semaine dernière a été étendue cette semaine aux animaux destinés aux échanges ou aux exports : les centrales de distribution, les ddpp, les vétérinaires et les éleveurs se sont mobilisés pour la mettre en oeuvre le plus rapidement possible.

Des rencontres avec les autorités algériennes et turques ont été réalisées cette semaine et ont permis de décrire la situation française et d'identifier précisément les attentes et l'état d'esprit des autorités sanitaires.

Un protocole a été proposé à la signature des autorités espagnoles qui doit répondre demain : ce protocole prévoit la possibilité d'utilisation du test PCR pour les jeunes animaux issus des zones de protection et de surveillance.

Un contact au plus haut niveau doit avoir lieu avec les autorités italiennes qui ne reconnaissent à ce jour que la vaccination comme garantie sanitaire pour les animaux issus des zones réglementées.

Les instructions relatives aux mouvements vont être modifiées pour intégrer les mesures relatives au protocole signé avec les autorités espagnoles,
   
01/10/2015   Communiqué officiel diffusé par le Sommet de l’élevage : pas de concours ni présentations de bovins au Sommet cette année (lire pdf)
26/09/15  

LE VACCIN FCO SEROTYPE 8 sera disponible début de semaine prochaine
La note de service concernant l' organisation de la vaccination contre la fièvre catarrhale ovine (FCO) de sérotype 8 en France continentale en 2015 vient de paraître
A lire note de synthèse rédigée par la DDCSPP du Cher concernant les aspects pratiques d'organisation.

Au niveau national 1 755 500 doses sont disponibles.
Pour le département du Cher 45 845 doses sont attribuées et 33 700 sot immédiatement disponibles pour les broutards.

A - Principe
L'attribution des doses de vaccins pour les broutards destinés au marché extérieur se base sur l'historique des échanges/exportations enregistrés l’année dernière entre le 1er octobre 2014 et le 31 mars 2015, l’objectif étant de cibler au mieux les élevages qui vont procéder à des exportations entre le 1er octobre 2015 et le 31 mars 2016.

Le nombre d'échanges ou d'exportations (ci-après désignées simplement «exportations») est estimé par le nombre de sorties d'exploitation enregistrées dans la BDNI et non suivies d'un mouvement ultérieur (entrée dans une autre exploitation, abattage ou équarrissage). Le nombre de bovins de 6 à 16 mois d’animaux ayant quitté la France pendant cette période est estimé de cette manière à 485 000 animaux. Le nombre de doses Mérial disponibles pour la vaccination des broutards à l'export (1 980 000) est donc en théorie suffisant pour vacciner le nombre d'animaux à exporter entre octobre 2015 et mars 2016, mais la difficulté résulte dans l'identification des animaux effectivement destinés aux échanges/exports.

Pour assurer une répartition équitable des doses disponibles, chaque exploitation se verra attribuer un nombre de doses en fonction de son historique d’export 2014-2015. Des doses supplémentaires constituant une « fraction de réserve » sont attribuées à chaque département, de manière à ce que la DDCSPP puisse pallier aux cas particuliers (installation, problème sanitaire particulier l’an passé...) qui justifieraient la ré-attribution de doses à une exploitation n'ayant pas ou peu d'historique d'exports lors de la période de référence.

25/09/2015  

INFORMATION IMPORTANTE
La note de service FCO du 24 septembre apporte plusieurs modifications à celle du 19 septembre :
- Arrêt des restrictions de mouvements entre élevages du périmètre interdit et possibilité de faire entrer des animaux de zones plus favorables vers le périmètre d’interdiction.
- Possibilité de partir d’une zone de protection vers une zone de surveillance à condition d’avoir une PCR négative après 14j de protection contre les insectes.
- Les jeunes animaux de moins de 70 jours issus de zones de protection ou surveillance (mais pas de périmètre interdit) peuvent transiter, après désinsectisation des animaux et du camion, vers une zone indemne (ZI) pour engraissement en bâtiment fermé.
- En cas de détection d’un animal positif en zone indemne, celui-ci devra être désinsectisé et devra soit être renvoyé dans un périmètre d’interdiction, soit être abattu.

- IMPORTANT : Des négociations sont en cours pour pouvoir exporter en UE des animaux ayant réagi négativement à une PCR 14 jours après une désinsectisation. Il est possible de procéder dès maintenant à la désinsectisation des animaux destinés à l’export pour commencer le décompte de 14 jours. Les éventuelles modalités de certification de cette désinsectisation ne sont pas précisées.

25/09/2015  
25/09/2015  

Les zones réglementées ont été modifiées par un arrêté ministériel : cet arrêté précise aussi les modalités de vaccination sur le territoire métropolitain et en Corse. (lire arrêté)
Un outil pour connaître le statut réglementaire d’une commune de France continentale vis-à-vis de la FCO a été développé par l’Anses dans le cadre des activités de la Plateforme ESA pour permettre aux acteurs de la surveillance et de la lutte contre cette épizootie de connaître facilement le statut de leur commune vis-à-vis de ce zonage, à l’adresse suivante :
http://www.plateforme-esa.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=538:communes-reglementees-fco&catid=98:actu-fco&Itemid=342.

Les conditions de mouvements, notamment dans les périmètres interdits font l'objet d'assouplissement pour permettre des mouvements et des rassemblements en leurs seins, par note de service en cours de publication (actualisant la note existante)

Les ddpp de l'Allier, de la Creuse et du Puy de Dôme ont reçu instruction de mettre en oeuvre la vaccination dans les élevages déclarés infectés. La stratégie vaccinale pour les bovins destinés aux échanges et pour les ruminants appartenant aux outils collectifs d'amélioration génétique fait l'objet d'une instruction qui sera adressée aux ddpp dès vendredi, pour être opérationnelle sur le terrain lundi prochain.

S'agissant des échanges et des exports les négociations sont en cours

Un CNOPSAV élargi sera programmé dans la première quinzaine d'octobre lorsque tous les éléments de la surveillance nationale auront été reçus et traités.

Pour information, nous vous rappelons que le GDS ne reçoit de l'information du national que le jeudi.
Nous ne pouvons donc actualiser notre site qu'une fois par semaine au minimum.

19/09/2015  

Le marché de Chateaumeillant maintenu pour les bêtes destinées à un abattage imédiat. (lire arrêté préfectoral)
Pour plus de renseignement, contactez le Marché au cadran 02 48 61 08 40 / 06 07 04 45 08

18/09/2015  

Arrêté préfectoral du Cher du 18/09/2015 définissant un périmètre interdit autour d'une exploitation déclarée infectée de FCO (lire l'arrêté préfectoral)
Liste des communes du périmètre interdit dans le Cher : Ardenais, Beddes, Chateaumeillant, Culan, Epineuil le Fleuriel, Faverdines, Le Chatelet, Loye sur Arnon, Préveranges, Reigny, St Christophe le Chaudry, St Jeanvrin, St Maur, St Priest la Marche, st Saturnin, St Vitte, Saulzais le Potier, Sidiaielles et Vesdun.

18/09/2015   Note de service : Conditions applicables aux mouvements, échanges et exports de ruminants issus d’une zone
réglementée au titre de la FCO en France continentale (lire fichier pdf)
18/09/2015   Info flash GDS France
Les 5 cas suspects ont été confirmés par le LNR de l'ANSES et les périmètres ont été modifiés par un arrêté en cours de publication. 17 nouveaux foyers seront notifiés à l'UE et l'OIE : 5 issus des animaux prélevés au Mans, 1 issu d'un animal prélevé dans le cadre d'une exportation et 11 issus des prélèvements réalisés dans la zone de surveillance des deux kilomètres autour du foyer initial.

Par ailleurs, s'agissant des exportations, l'ambassade de France en Turquie nous a informé que les animaux en provenance de la région "Auvergne", départements de l'Allier, du Cantal, de la Haute-Loire et du Puy-de-Dôme, ne peuvent être exportés sur la Turquie.

Cette interdiction risque d'être étendue ultérieurement à la (aux) région(s) dans laquelle (lesquelles) des foyers supplémentaires sont susceptibles d'être déclarés. Ces informations seront insérées dans la fiche technique annexée au certificat sur Expadon.

Enfin , s'agissant de la manifestation de Cournon nous vous ferons connaitre la décision au plus tard en tout début de semaine prochaine.

A ce stade les nouveaux foyers sont plus proches du site que les précédents mais ne placent pas Cournon en zone d'interdiction. Nous procédons donc actuellement à une analyse de risque. »
18/09/2015  

Nouvelle carte zones réglementées (lorsque les arrêtés préfectoraux seront pris par chaque départements concernés)
Suite à la découverte de nouveaux cas de FCO dans les départements de l'Allier, de la Creuse et du Puy-de-Dôme, les zones réglementées ont été redéfinies . De plus, un périmètre interdit de 20 km doit être définit autour de chaque foyer.
Nous attirons votre attention sur le fait que les périmètres d'interdictions sont définis par des arrêtés préfectoraux et que ces périmètres d'interdiction sont susceptibles de différer légèrement de ceux représentés par la carte ci-dessous. Concernant le Cher, les communes du périmètre interdit pourraient être (elles seront définies par l'Arrêté Préfectoral) :
ARCOMPS, ARDENAIS, AUGY-SURAUBOIS, BEDDES, BESSAIS-LE FROMENTAL, CHATEAUMEILLANT, CULAN, EPINEUIL-LE FLEURIEL, FAVERDINES, LA CELETTE, LA PERCHE, LE CHATELET, LOYE-SUR ARNON, MAISONNAIS, MARCAIS, PREVERANGES, REIGNY, SAINTAIGNAN-DES NOYER, SAINTCHRISTOPHELECHAUDRY, SAINTJEANVRIN, SAINT-MAUR, SAINTPIERRE-LES BOIS, SAINTPRIEST-LAMARCHE, SAINTSATURNIN, SAINTVITTE, SAULZAISLE-POTIER, SIDIAILLES, VESDUN
Liste complète des communes "périmètre interdit" (voir fichier pdf)

périmètre interdit : la définition de ce périmètre sera confirmé par des arrêtés préfectoraux pris dans les départements concernés.

 

18/09/2015   Nouvel arrêté FCO (cliquez sur le lien ci-dessous)
http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000031180853&dateTexte=&categorieLien=id
17/09/2015  

Info flash GDS France
Le Ministre de l’Agriculture a réuni ce matin les représentants des parties concernées par la crise de la F.C.O. pour faire le point sur la situation et définir la stratégie de lutte.

En ce qui concerne la situation, et après un rappel de l’historique, la D.G.Al. a indiqué qu’elle était en attente de confirmation (ou infirmation) d’un certain nombre de suspicion qui pourrait conduire à une modification du zonage. Les résultats devant être connus ce soir, une instruction sera envoyée aux D.D.P.P. (nous devons en recevoir copie).

En ce qui concerne la présence possible d’animaux au Sommet de l’Elevage, la décision sera prise par le Ministre au vu de l’évolution de la situation d’ici la fin de la semaine.

En ce qui concerne la stratégie de lutte, le Ministre a indiqué qu’il convenait de retenir deux temps.

1. D’ici la fin de l’année, l’objectif est de maintenir les flux d’échanges et d’exportation (ce qui était la position exprimée par G.D.S. France et les autres organisations professionnelles) en suivant deux lignes directrices :
· Une vaccination systématique des bovins de 6 à 15 mois, ainsi que, pour les ovins, les reproducteurs et la filière génétique. Selon les chiffres d’Interbev, il resterait de l’ordre de 450 000 broutards devant partir, les doses actuelles devraient se révéler suffisantes. Pour les ovins, le vaccin espagnol disponible et le reliquat de doses Mérial devraient couvrir la demande.
· Des discussions avec nos partenaires commerciaux pour renouveler les accords bilatéraux de 2010. Le Ministre a d’ores et déjà obtenu l’accord de son homologue espagnol, et il espère un accord avec l’Italie (il n’a pas encore rencontré le Ministre). Pour les pays tiers, des échanges ont lieu avec les chefs des services vétérinaires ; ils sont de l’aveu du Ministre rassurants.

2. Dans un second temps, il conviendra de fixer la stratégie, notamment vaccinale, pour l’année prochaine avant le retour des animaux à l’herbe.

Sur le plan financier, le Ministre a annoncé la prise en charge par l’Etat de la vaccination (vaccin plus acte vaccinal), les pertes économiques seront traitées dans les cellules d’urgence locale, avec la participation de l’Etat et du F.M.S.E., dont les modalités seront étudiées par celui-ci.

15/09/2015  
Info flash GDS France
Voici les principaux éléments d’information et d’échanges ayant eu lieu durant le C.N.O.P.S.A.V. du 14 septembre 2015 consacré à la F.C.O.

Le D.G.Al a indiqué que toutes les précautions ont été prises pour vérifier le cas de F.C.O. sérotype 8 avant sa notification à l’Union européenne et à l’Organisation Mondiale de la Santé Animale, cette déclaration induisant la perte du statut « officiellement indemne » pour la France entière. Le L.N.R. a confirmé les analyses positives et montré une homologie génétique de plus de 99,9% entre la souche circulant actuellement et celle du virus ayant circulé en 2008. Aucun foyer de B.T.V.-8 n’est pour le moment déclaré ailleurs dans le monde.

Concernant la situation sanitaire, les éléments de la note du 11 septembre dernier ont été présentés et complétés par les éléments suivants :

- 135 animaux issus de la zone réglementée et présents au National Charolais au Mans ont été prélevés, 5 P.C.R. sont positives en attente de confirmation par le L.N.R. Parmi les 5 animaux positifs, deux sont issus de l’Allier, un de la Creuse et deux du Puy-de-Dôme,
- Un animal d’une quarantaine de Vendée a été dépisté séropositif et P.C.R. positive dans le cadre des exportations (sur 160 animaux présents depuis le 27 août dernier),
- D’autres résultats d’analyses sont attendus dans les prochains jours.

Au vu de ces résultats, à confirmer, une extension du zonage est possible dès le jeudi 17 septembre. La nouvelle zone d’interdiction concernerait au moins trois départements.

Une surveillance programmée sur la totalité du territoire continental sera mise en œuvre en vue de mettre en évidence une prévalence de 5 %. Dans chaque région, 60 élevages (soit 1260 troupeaux) seront sélectionnés aléatoirement pour un dépistage par P.C.R. de 30 bovins par troupeaux, représentant près de 38 000 tests. Cette surveillance tient compte de la capacité des laboratoires à assurer cette charge et vise à obtenir un état des lieux de la situation épidémiologique et de la diffusion de la maladie. Les résultats sont attendus d’ici 15 jours à trois semaines.
Selon les résultats de cette surveillance, une extension de la zone réglementée à toute la France continentale est envisagée.

En zone réglementée, les mesures qui s’appliquent sont celles prévues par la réglementation communautaire (recensement, surveillance programmée, mouvements d’animaux interdits sauf vers les pâturages et l’abattoir avec désinsectisation des moyens de transport, interdiction des foires et des marchés, interdiction de sortie des animaux et des produits - semence, ovules et embryons - depuis la zone de protection vers la zone de surveillance avec des dérogations possibles). La note de service du 11 septembre précise que les entrées et sorties des périmètres sont interdites aux ruminants ; la D.G.Al a indiqué que cette disposition serait modifiée pour permettre les mouvements des zones les plus favorables vers les moins favorables (mouvements centripètes autorisés mais sans retour possible des ruminants vers les zones les plus externes).

Des dérogations de mouvements depuis les zones réglementées vers les zones non réglementées sont possibles, uniquement vers un abattoir, par une procédure dite canalisée : provenance d’un cheptel non foyer, absence de signe clinique sur les animaux et abattage dans les 24 heures à destination. Une désinsectisation des camions et des sites où les animaux sont hébergés à l’abattoir doit être mise en œuvre, malgré les difficultés pratiques et l’efficacité relative.

Suite aux sollicitations des professionnels, notamment G.D.S. France, des précisions seront apportées rapidement par la D.G.Al. sur les modalités d’organisation des évènements, foires et concours, ainsi que sur les modalités de gestion des estives. Le D.G.Al. évoque un risque de contamination des animaux participant aux rassemblements, y compris ceux issus de la même zone. Les professionnels et la D.G.Al. s’accordent pour réfléchir sur les dispositions du sommet de l’élevage à Cournon ; le Ministre doit se prononcer sur cette question d’ici la fin de la semaine.

En ce qui concerne la fête de l’Aïd, des contrôles renforcés seront menés dans les centres de rassemblements de petits ruminants et dans les structures temporaires d’abattage. Ce renforcement prend tout son sens au regard de la circulation du sérotype 4 du virus de la F.C.O. dans l’Est de l’Europe.

Des dérogations de sortie des zones notamment vers les Etats membres de l’Union européenne sont possibles sous certaines conditions pour les animaux (règlement CE/1266/2007 et règlement d’exécution UE 456/2012) :

- ayant séjourné dans un bâtiment « vector proof * » ou dans une zone saisonnièrement indemne de vecteur :
o pendant au moins 28 jours avant expédition, avec une sérologie négative au moins 28 jours après la date d’entrée dans le bâtiment vector proof,
o ou pendant au moins 14 jours avant expédition, avec une P.C.R. négative au moins 14 jours après la date d’entrée dans le bâtiment vector proof,
- ayant été valablement vaccinés :
o plus de 60 jours avant le départ,
o raccourci à 35 jours avec une PCR négative.

* NB : actuellement, aucun centre ou bâtiment n’est agréé « vector proof », et les conditions d’agrément exigées par la règlementation européenne sont difficilement applicables en pratique. Les exploitations « vector proof » sont protégées contre les vecteurs et doivent respecter une liste de critères règlementaires (barrières physiques, ouvertures des bâtiments protégées par des filets étanches aux culicoïdes, contrôle des vecteurs, élimination des sites de prolifération, systèmes anti-panne, etc.) et être agréées par l’autorité compétente avec 3 visites de contrôle par an.

Les conséquences à l’Export vers les pays tiers doivent être encore évaluées sachant que les exigences sanitaires découlent de négociations bilatérales et sont variables. Les conditions faisant foi sont celles des certificats sanitaires en ligne sur Exp@don. Pour mémoire les exportations représentent en 2015 : 50 000 animaux pour la Turquie, 35 000 pour l’Algérie, 12 000 pour le Liban, 5 000 pour le Maroc.
A ce stade de l’analyse et en l’état actuel des exigences :

- en l’absence de centres agréés vector proof dans les Etats membres de transit concernés, la destination « Turquie » ne pourrait être desservie que par voie maritime pour des animaux désinsectisés issus de zones règlementées (zone réglementée à l’échelle du département selon la D.G.Al et de la région selon les opérateurs commerciaux), dans des camions désinsectisés.
- l’Algérie n’importe pas d’animaux en provenance de cheptels foyers.
- le Maroc pose des conditions de vaccination ou de tests.

Attention, ces conditions export sont susceptibles d’être modifiées après négociations bilatérales.

Une communication à destination des principaux C.V.O. (Chefs des Services Vétérinaires) a été menée pour informer de la situation et négocier les conditions d’échanges ou d’exportations, notamment l’Italie, l’Espagne, l’Algérie, l’Egypte, le Liban, la Tunisie et la Turquie. Aucune réaction n’a été à ce jour relevée et il convient de surveiller les exigences des certificats export qui seront ajustés en fonction des réactions. Des réunions seront programmées à cet effet et la mise à jour d’Exp@don sera assurée.

Les professionnels, dans leur grande majorité, ont souligné les contraintes insurmontables que représentent les délais d’expédition imposés par la réglementation communautaire et incitent vivement la D.G.Al. à négocier avec ses différents partenaires sur des conditions acceptables pour le commerce et l’élevage français.
Les doses de vaccin rapidement disponibles contre le B.T.V.-8 sont :
- 1.3 millions de doses du vaccin Mérial permettant de vacciner 650 000 bovins en 2 injections (les ovins ne nécessitent qu’une seule injection avec ce vaccin)
- 50 000 doses du vaccin Calier, utilisables que pour les ovins et ne nécessitant qu’une injection.

La stratégie vaccinale devrait s’orienter vers :
- une utilisation des premières doses disponibles pour fluidifier le commerce vers les autres pays,
- la préservation de la génétique ovine française.

La quantité de doses de vaccin disponibles (1,3 million de doses) est malheureusement trop faible pour envisager une vaccination en anneau qui permettrait d’endiguer la diffusion de la maladie. Les délais de fabrication du vaccin sont de 4 à 6 mois du fait de l’absence d’antigène. Par ailleurs les autorités sanitaires françaises étudient la possibilité d’un cofinancement partiel européen. Une extension nationale de la vaccination, sous réserve de disponibilité du vaccin, sera évaluée en fonction des résultats de la surveillance.

Des groupes de travail sont mis en place pour répondre aux urgences évoquées lors du C.N.O.P.S.A.V. par les différentes familles professionnelles. Trois réunions ont lieu ce jour sur les exportations, les échanges intracommunautaires et les ovins.

Enfin une réunion aura lieu au Cabinet du Ministre jeudi ou vendredi prochain pour faire le point sur les possibles prises en charge et indemnisations.

    d

11/09/2015
23 h 25

  Note de service : confirmation de la présence de FCS sérotype 8 dans l'Allier et mesures d'urgence (lire pdf)

11/09/2015
17 h 30

  Communiqué de presse par le Ministre de l’Agriculture
(Lire pdf)
11/09/2015
16 h 50
 

Annonce d'un foyer FCO sérotype 8
Le Ministre de l’Agriculture tient à 17h30 une conférence de presse sur la mise en place de mesures de gestion d’un foyer de fièvre catarrhale ovine.
Il s’agit d’un foyer de sérotype 8 dans un élevage mixte bovins/ovins de l’Allier, détecté sur signes cliniques sur un bélier. Depuis 5 autres ovins de l’élevage ont exprimé également des signes cliniques, et les bovins de l’exploitation sont positifs. Cet élevage n’a procédé à aucune introduction depuis plus d’un an.
Une première enquête de voisinage a détecté 11 élevages positifs sur les 13.
Compte tenu des dates, la contamination aurait pu se produire aux alentours du 15 août.
Les mesures qui seront annoncées devraient porter sur les blocages de zones et la vaccination, mais nous attendrons les annonces du Ministre pour vous en informer (probablement ce week-end).
Des prélèvements seront faits sur les animaux provenant de la future zone de blocage (126 animaux) et se trouvant au Concours National Charollais qui se tient ce week-end au Mans, et qu’une désinfection sera mise en œuvre. Si des animaux se révèlent positifs, une surveillance sera mise en place.
Parallèlement, les animaux provenant de la zone ne pourront entrer au S.P.A.C.E.

     
   
   
Attestations
    Attestation désinsectisation "véhicule"
    Attestation désinsectisation "bâtiment"
    Attestation désinsectisation "animal" (une attestation par animal)
    Attestation de confinement pour la certification des anx de moins de 90 jours
       
haut de page